Journal d’un homme invisible

Que feriez-vous si pendant une journée vous étiez invisible ? Où iriez-vous ? Posez maintenant cette question à vos élèves…je vous parie que même les plus timides ont des idées sur la question. Jouer à cette illusion nous permet de donner libre cours à notre imagination et nous transporte vers de nombreux endroits et possibilités, cela permettrait même de diminuer le stress chez les personnes souffrant d’anxiété sociale !

L’exercice de lecture d’un récit autobiographique et même d’écriture d’un journal intime en classe de FLE est connu, on ne va pas vous refaire la leçon. Cependant, la plus part de cas les productions des élèves sont corrigées au feutre rouge par l’enseignant et restent confinées aux cahiers des apprenants et ça produit le plus souvent des expressions toutes faites, sans vraiment intéresser plus que ça les apprenants.

L’utilisation des blogs en classe de FLE pour promouvoir les exercices d’écriture avec les apprenants n’est pas une nouveauté non plus et ils continuent à faire leur prévue. Plus concrètement, l’exercice d’écriture d’un journal intime, papier ou numérique, donne la possibilité de s’exprimer librement en utilisant les structures syntaxiques et le vocabulaire vus en classe mais aussi de s’affirmer en tant qu’utilisateur de la langue. Qu’il s’agisse donc d’un exercice d’expression ou d’écriture créative, écrire sur « soi » est toujours intéressant, d’autant plus que les limites entre le réel et la fiction sont pas toujours bien définies, un peu comme les limites aujourd’hui entre le virtuel et le réel…

Toute autobiographie prend pour « héro » l’auteur lui-même de l’œuvre, et lui seul. Tous les événements n’existent que par rapport à lui. Tout est rapporté selon son propre point de vue. Une autobiographie est toujours un récit rétrospectif, c’est-à-dire le récit d’événements passés de la propre vie de l’auteur. Il arrive que l’auteur se réfugie derrière un pseudonyme (prénom ou nom imaginaire) : le récit reste autobiographique si les événements sont ceux qu’a vécus l’auteur. « Moi » L’écriture Autobiographique

L’héros ici c’est donc l’auteur lui-même ! À différence d’un journal intime on parlera pour cet exercice d’une autoficion qui permet aux apprenants d’imaginer, créer et produire par eux-mêmes. Après avoir abordé le sujet sur internet et son identité numérique, la création d’un journal d’un homme invisible sur Twitter, sur Facebook ou même sur Tumblr pourrait avoir de nombreuses avantages pour vos élèves : la prise de conscience de l’impact de leurs publications sur les réseaux et de leur identité numérique, un gain de confiance et d’autonomie grâce au travail collaboratif, l’utilisation de la langue et non moins important un travail de création dans la bonne humeur !

Séquence pédago FLE : « L’homme invisible »

On a tous entendu parler de l’homme invisible ! Il fait partie de l’imaginaire collectif, sinon, demandez à vos élèves. Le personnage est utilisé dans de nombreux films et romans où son l’invisibilité est rendue par les pouvoirs de la magie ou de la technologie. Le temps est venu pour vous, cher prof de FLE, de vous l’approprier !

Pour démarrer le projet vous pouvez commencer par le visionnage du trailer (en anglais) de The Invisible Manfilm américain sorti en 1933. D’autres extraits sont disponibles sur le net, à vous d’en choisir celui qui vous plaise le plus. Moi, j’aime une touche vintage de temps en temps 🙂

Si une vidéo ne vous fait pas envie comme élément déclencheur, vous pouvez commencer par des simples questions pour animer la discussion : « Avez-vu entendu parler de l’homme invisible ? », « Qui-est-il ? », Pourquoi est-il invisible ? », « Que feriez-vous si vous étiez invisible ? », etc. Prévoyez le temps nécessaire pour laisser les élèves parler et se mettre à l’aise. En suite, place au projet !

Vous pouvez adapter cette séquence à tous les niveaux de FLE, les indications suivantes sont les grandes lignes pour la mise en place du projet. Le reste sera le résultat de votre imagination et surtout celle de vous élèves !

  1. Avant toutes choses, vérifiez les équipements technologiques dont la classe disposée. Les élèves auront besoin d’un ordinateur, d’une tablette ou d’un smartphone pour réaliser leur journal. L’appareil photo est très important aussi, celui des smartphones ferait l’affaire  😉 Vérifiez que l’établissement dispose d’une connexion à internet et cela semble évident mais on n’y pense pas tout le temps. Pour les élèves mineurs n’oubliez pas d’obtenir l’autorisation du responsable pédagogique de votre établissement ainsi que des parents pour l’utilisation des réseaux sociaux en classe. Même si le projet ne prévoit pas la diffusion des selfies des élèves, il faut tenir au courant tout le monde.
  2. Choisissez le réseau sur lequel les élèves publieront leur journal, ceci selon vos envies/besoins et le niveau de votre classe. Twitter, Facebook ou Tumblr s’y prêtent très bien à l’exercice.
  3. Divisez la classe en groupes et demandez à chaque groupe de réfléchir sur les caractéristiques de leur « personnage invisible ». Voyons, pourquoi devrait-il être un homme ? Pourquoi pas une femme, ou un chien ou un chat invisible ? Demandez-leur d’imaginer son passé, des personnages secondaires, il faut lui créer un backround à ce personnage invisible. Une fois le tout négocié et mis sur papier, passons au numérique !
  4. Assurez-vous que la classe toute entière ait compris l’usage du réseau social choisi et maîtrise les fonctionnalités de publication. Demandez en suite à chaque groupe de créer un compte dédié au projet. Attention ! Tous les membres de l’equipe devront avoir accès au compte du projet, pour cela un élève devra proportionner son adresse mail pour l’ouverture du profil ou bien créer une adresse mail dédiée au projet.
  5. Place au travail de création ! Chaque publication du journal devra être composée par une partie texte et une partie média. Ça serait donc aux élèves de créer leurs propres images et vidéos. Les élèves devront faire ici preuve d’imagination et d’avoir un peu des connaissances techniques pour réussir au mieux leurs publications…mais rien de bien méchant 😉
  6. Amusez-vous en voyant le pouvoir de l’imagination et tout ce dont vos élèves sont capables ! Partagez leurs projets, montrez-les aux parents et souriez…vous n’êtes pas invisible 😉

Des conseils en plus :

  1. Insistez sur les règles de base de publication, à savoir le bon usage de la langue et d’autres règles négociées en classe. Incitez vos élèves à se servir des dictionnaires en linge, de l’auto correcteur en français et d’autres outils qui leur permettront de vérifier leurs publications.
  2. Finaliser le projet en un seul cours d’une ou deux heures semble très compliqué, demandez aux élèves de travailler en dehors de la classe et privilégiez les heures de classe pour des corrections et le suivi. Donnez un nombre minimal de publications ou posts pour mieux encadrer le travail et donnez une date butoir pour la publication finale. Le projet peut durer une semaine, un mois ou plusieurs mois. Ça, c’est vous qui décidez 😉

Image : Bottes de l’homme invisible / CC Pixabay 

Licencia de Creative Commons

Publicités

Une réflexion sur “Journal d’un homme invisible

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s